Alexandra Mocanu baigne, par sa culture familiale, dans le domaine de l'artisanat et des arts appliqués.

Sa mère, artiste tisserande et son père, créateur de mobilier, lui donnent très vite envie de se tourner vers la création. Bercée toute son enfance par les odeurs, les bruits, les outils et les matériaux de la maison de ses parents, foyer et atelier, elle choisit d'abord la photographie comme moyen d'expression. Rapidement convaincue que la création ne s'arrête pas aux frontières de son medium, elle se tourne vers l'expérimentation des gestes et des couleurs, à travers la peinture et la tapisserie. Le choix de ces matériaux lui apparaît de façon naturelle, par le besoin de trouver un contre-pied à l'instantanéité du sujet, et qui nécessiteraient une rigueur et un dévouement continu.

Alexandra travaille sur des compositions abstraites autour du point, perçu comme une particule et le début modeste d'un ensemble, transcendant la technique. Le temps agit comme un fil conducteur, lui inspirant ses oeuvres, parfois spontanées ou au contraire très minutieuses.

Ses oeuvres montrent un processus lent, laissant le temps s'écouler comme si le geste était une partie de l'oeuvre en plus d'être un véritable travail d'introspection. La créatrice utilise d'abord la spontanéité du geste, en réalisant des peintures abstraites, sortes de croquis à la peinture à l'huile. Elle décortique ensuite ce geste, en le recomposant sur des métiers à tisser avec l'aide d'artisans, afin de s'en imprégner. Ses oeuvres sont des impressions, picturales et tactiles, techniques et poétiques, qui traduisent la synergie très particulière que peut mettre en lumière un artiste et son medium.